Partager

Perspectives économiques de l'Amérique latine: le rôle des énergies vertes

Comment les investissements dans les sources d'énergie vertes peuvent être cruciaux pour le succès futur de l'Amérique latine

Les économies combinées de l'Amérique latine, comprenant l'Amérique du Sud, l'Amérique centrale et les Caraïbes, ont connu l'une des plus fortes contractions et reprises en forme de V observées dans le monde. En 2020, la région a connu une contraction économique estimée à 7,2 %, la plus forte au monde. L'année suivante, la région a dépassé toutes les attentes et a connu une reprise étonnante de 6,9 %. Bien que la reprise économique ait été inégale dans les différentes parties de la région, la dynamique de la reprise n'est généralement pas soutenue. La croissance du PIB ralentit désormais sur la plupart des marchés.

Dans le document Atradius Economic Outlook : "Reviving Latin America's Energy Transition needs Wind and Solar", les économistes d'Atradius examinent les raisons d'une contraction et d'une reprise aussi brutales et comment la région se porte aujourd'hui. L'étude s'intéresse notamment à l'importance des énergies vertes pour la région et à la manière dont la transition énergétique pourrait affecter son activité économique ainsi que la santé de son environnement.

Fort rebond après la réduction des effectifs de Covid-19

L'expérience de la pandémie en Amérique latine a été l'une des plus extrêmes au monde. Bien que la région compte moins de 10% de la population mondiale, 25% de tous les décès dus au Covid-19 dans le monde sont survenus dans cette région. Elle a également connu la plus forte contraction économique au monde, avec une contraction de 7,2 % en 2020.

En 2021, cependant, l'Amérique latine a réussi à transformer les mauvaises nouvelles en bonnes nouvelles avec une croissance du PIB de 6,9 %. Ce résultat a été obtenu grâce à la croissance sur les principaux marchés d'exportation, notamment la Chine et les États-Unis, et grâce à un programme de vaccination solide qui offre la couverture vaccinale la plus élevée au monde.

Toutefois, malgré ce revirement, la région n'a pas été en mesure de maintenir la croissance du PIB en 2022. Pourquoi ? L'incertitude politique et les menaces environnementales, ainsi que les problèmes permanents de la chaîne d'approvisionnement, l'inflation et la hausse des taux d'intérêt ont tous un impact.

L'incertitude politique, les taux d'intérêt élevés et la hausse de l'inflation freinent la croissance.

L'élan de la reprise a été largement perdu en raison de l'inflation élevée, qui a plus que doublé sur certains marchés et qui est affectée par des facteurs tels que la hausse des prix des denrées alimentaires et du gaz et les perturbations continues de la chaîne d'approvisionnement. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a exacerbé cette situation. En réponse à l'inflation élevée, de nombreuses

banques centrales de la région ont relevé leurs taux d'intérêt. Au Brésil, les taux d'intérêt sont passés de 2 % en 2021 à 11,75 % cette année.

De nombreux pays d'Amérique latine sont également confrontés à l'incertitude politique. Les élections au Pérou, au Chili, au Honduras, au Costa Rica et au Salvador ont porté au pouvoir de nouvelles factions politiques.

Les conditions météorologiques extrêmes menacent l'activité économique

Plusieurs des principales économies d'Amérique latine ont également dû faire face à des crises climatiques. Il s'agit notamment de graves sécheresses dans une partie de l'Argentine, du Brésil, du Chili et du Paraguay. En outre, les pays à revenu faible ou intermédiaire, comme Haïti, le Honduras, le Nicaragua et la Bolivie, sont les plus exposés aux phénomènes météorologiques extrêmes, car ils combinent une grande vulnérabilité et une faible préparation aux effets du changement climatique.

Selon le rapport 2022 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), il est nécessaire d'atteindre un niveau d'émissions nettes neutre d'ici 2050 pour limiter le réchauffement de la planète et réduire les menaces climatiques. Toutefois, seul le Costa Rica a pris des engagements et mis en œuvre des politiques qui, selon le Climate Action Tracker, sont "presque suffisants" pour ramener ses émissions à zéro.

La région est le leader mondial de l'hydroélectricité : mais est-ce durable ?

En théorie, il devrait être possible pour la région d'atteindre ses objectifs "zéro", notamment parce qu'elle est actuellement le leader mondial de la production d'électricité à partir de sources renouvelables, dont la plupart sont des centrales hydroélectriques.

Toutefois, il est peu probable que cela soit durable. La plupart des rivières appropriées en Amérique du Sud ont déjà été exploitées. Le niveau actuel d'hydroélectricité ne suffira pas à répondre à la demande et d'autres sources d'énergie propre devront être exploitées.

De nombreux pays de la région, notamment dans les Caraïbes, n'ont pratiquement aucune production d'énergie renouvelable. Il faudra investir dans les sources d'énergie verte, telles que l'énergie éolienne et solaire, pour parvenir à des émissions nettes nulles d'ici 2050. L'Uruguay est à l'avant-garde de cette tendance, puisqu'il tire déjà 43 % de sa production nationale d'électricité de l'énergie éolienne. Toutefois, des marchés tels que le Brésil, l'Argentine et le Mexique ont réduit les budgets consacrés aux énergies renouvelables et la dynamique verte s'est arrêtée.

Le rôle du financement climatique pour la croissance économique régionale

Certains pays d'Amérique latine font preuve d'innovation dans le domaine du financement climatique, avec le soutien des banques de développement de la région. Ces derniers, en particulier, peuvent aider les pays à atteindre leurs objectifs sociaux, environnementaux et climatiques en soutenant la croissance de la production d'énergie renouvelable. Néanmoins, la majeure partie du financement devra provenir de sources privées. Ce sera un défi, compte tenu de la faible croissance de l'Amérique latine, de son environnement politique incertain, de la hausse de l'inflation et des taux d'intérêt.


Téléchargez ici l'intégralité des "Perspectives économiques"

Patrick Van der Avert
Patrick Van der Avert

Manager Corporate Communications & Marketing